Bitcoin et Cryptomonnaie IMPOSABLE ?

Le bitcoin, mais aussi toutes les cryptomonnaies, ont conduit à des gains substantiels pour certains, et même si celles-ci sont louées pour l’anonymat qu’elles procurent, cela ne veut pas dire que vos clients puissent se passer de les déclarer… 

Dans les faits, tant que les cryptomonnaies restent dans un portefeuille virtuel, un logiciel en quelque sorte, l’investisseur peut rester totalement anonyme. C’est comme aller flirter sur un site web de rencontres, compare Me Walker. Sauf qu’à un moment, il faudra bien sortir du bois. Dans le cas des cryptomonnaies, c’est au moment où l’argent investi servira à acheter quelque chose dans le monde réel. Plus de possibilité de demeurer anonyme et la possibilité pour le fisc de rattraper l’investisseur qui aurait omis de déclarer ses gains.

REVENU OU GAIN DE CAPITAL

L’avocate explique ainsi que tout investisseur dans les cryptomonnaies doit signaler ses gains et, le cas échéant, ses pertes. L’Agence du revenu du Canada (ARC) estime ainsi que la cryptomonnaie n’est pas une forme d’argent, mais un type de propriété. Cela signifie que la cryptomonnaie sera imposée comme un investissement en actions et, selon la situation, sera déclarée comme un revenu ou un gain en capital.

Et cela, même si l’investisseur n’a pas touché ses gains en monnaie sonnante et trébuchante, mais s’en est plutôt servi pour acheter des articles sur le web.

« Si vous avez acheté votre cryptomonnaie pour 1 $ et que vous l’avez utilisée plus tard pour acheter un logiciel d’une valeur de 1 000 $, vous obtenez un gain de 999 $,   Que cela vous plaise ou non, vous devez déclarer ce gain et payer l’impôt sur le revenu. »

Et peut-être aussi des taxes… L’ARC a en effet décidé que les transactions de cryptomonnaie sont comparables à du troc,  En somme, acheter un logiciel avec des bitcoin ou des ether, c’est comme échanger un poulet contre du grain. L’un comme l’autre sont assujettis à des taxes, et l’ARC a bien l’intention de se les faire payer.

Sur ce point il s’agit là d’une position administrative émise par l’Agence du revenu du Canada et qu’il existe des arguments juridiques raisonnables permettant de la contester. Mais mieux vaut être prévenu et se préparer plutôt que de faire semblant de ne pas savoir en attendant d’être pris la main dans le sac.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s